Circuit touristique : les édifices emblématiques du XXème siècle .

À travers ses édifices aux couleurs lumineuses, ses bâtiments aux styles variés, tantôt épurés tantôt atypiques, le Var raconte une histoire, son histoire. Avec la route touristique des édifices symboliques du XXème siècle, découvrez une facette insoupçonnée de l’histoire de ce département emblématique du Sud. Apprenez-en plus sur les origines de ces constructions caractéristiques du Var, ou profitez simplement d’une balade historique au cœur du patrimoine culturel varois.

Les étapes de la route :

Etape 1 : Port Athéna

L’Athéna et Athéna Port est un ensemble résidentiel bâti entre 1963 et 1973 sur le port des Engraviers par l’architecte Jean Dubuisson. Les travaux de la jetée commencent fin 1968, le bassin du port est construit en 1969, la résidence Athéna Port est construite entre 1971 et 1973. Cet immeuble forme une barre, caractérisée par une architecture complexe et une mise en situation audacieuse. C’est une des plus belles réussites en matière d’ensemble de logements collectifs de vacances dans la période des 30 Glorieuses. L’hôtel ayant fermé, la résidence est aujourd’hui exclusivement destinée au logement annuel ou saisonnier. Pour y accéder, il vous est possible d’emprunter le Sentier du littoral qui offre une vue extraordinaire sur la baie de Bandol et l’île de Bendor. 

 

     À faire autour

Prenez le temps au cours d’une balade sur le port de Bandol pour manger une glace, faire du shopping, ou déjeuner dans l’un des petits restaurants de la rue Marçon derrière le port. Nous vous conseillons une halte à l’hôtel Thalazur Île Rousse sur la très belle plage de Renécros. Hôtel, restaurant étoilé, restaurant de plage, spa, tous ces services vous sont proposés pour que vous passiez un moment mémorable. Autre endroit pour prendre un verre ou un bon repas : Le Méditerranée. Une excellente adresse, au calme, avec une magnifique vue sur la Méditerranée. Et pour les adeptes de vins, vous trouverez votre bonheur à la Maison des vins / Oenothèque de Bandol, véritable vitrine de l’AOC Bandol. 

Sentier du littoral

Sur la route…

Pour vous rendre à la prochaine étape, privilégiez le littoral par la D16 juste derrière le massif de Sicié en passant par les villes de charme de Sanary-sur-Mer, Six-Fours-les-Plages et La Seyne-sur-Mer. Prenez le temps d’y faire une pause, de visiter le célèbre village de pêcheurs de Sanary au cours d’une balade sur le port, découvrez son marché très réputé, et goûtez à la cuisine française et italienne du GIO, petite adresse où vous serez chaleureusement accueilli par Franck le patron. 

Etape 2 : Le Hameau des Sablettes

Dès le XIXème siècle, la station balnéaire des Sablettes est une destination de choix très fréquentée. Bombardée en 1944 par les Alliés pour éviter un débarquement ennemi, le projet de reconstruction débute six ans plus tard. Les travaux sont dirigés par Fernand Pouillon, qui voit sur cette rade le potentiel d’un modèle de station balnéaire complet, comportant équipements, espaces publics, commerces et résidences, qui influencera les villages de vacances répandus par la suite sur la côte méditerranéenne. Aujourd’hui, les caractéristiques harmonieuses de ce hameau, qui comprenait à l’époque 35 logements, 28 boutiques, une pension de famille, un hôtel-restaurant, 5 cafés-restaurants, un établissement de bains, un casino et un petit port, en font un village intemporel. Profitez d’une visite commentée du hameau pour en découvrir les moindres détails.

 

     À faire autour

La Seyne-sur-Mer regorge de lieux et édifices qui valent le coup d’œil. C’est pourquoi nous vous recommandons d’emprunter la corniche Michel Pacha dite « corniche de Tamaris« , un itinéraire bis permettant de découvrir la façade maritime de cette ville portuaire. Commencez par visiter le parc paysager Fernand Braudel, un grand parc aménagé en bord de mer comprenant de nombreuses espèces végétales. La corniche vous permettra également de découvrir Tamaris grâce à une visite guidée de ce quartier au charme oriental et aux villas atypiques, ainsi que la Villa Tamaris Centre d’art. Cette villa cubique construite à la fin du XIXème siècle accueille aujourd’hui des expositions en tout genre. Enfin, après une journée chargée, quoi de mieux qu’un bon repas à la Vague d’Or, restaurant gastronomique à la vue imprenable sur la mer et aux plats élaborés.

Parc Braudel

Etape 3 : Le Pont des Chantiers

Pont levant, pont levis, pont basculant, pont transbordeur, pont « tout court » ou pont des chantiers, une chose est certaine : l’histoire de ce pont est aussi importante que son utilité. Tout au long du XIXème siècle, une véritable industrie se construit au cœur même de la ville de la Seyne-sur-Mer. En 1887, près de 2500 ouvriers travaillent dans les chantiers navals, soit 1/6e de la population totale. À la veille de la première guerre mondiale, ils sont plus de 4000. En 1910, la Société des Forges et Chantiers de la Méditerranée demande à la préfecture de Draguignan l’autorisation d’établir une voie ferrée entre la gare de La Seyne et ses ateliers, afin de faciliter les transports de matériaux et d’accéder au site des chantiers navals situés de l’autre côté du port. C’est ainsi qu’en 1917, cette imposante tour de métal froid voit le jour, permettant de laisser passer les bateaux en position levée, et basculant au-dessus du port pour faire passer les trains. Inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1987, le pont levant est maintenant un belvédère panoramique d’où l’on peut admirer une des plus belles rades d’Europe : la rade de Toulon.

 

     À faire autour

Pour rester dans le thème, nous vous conseillons d’aller jeter un œil à la Porte des Chantiers, imposante construction caractéristique du style Louis XIII. À l’époque, les ouvriers passaient dessous pour rejoindre les ateliers. Désormais, il s’agit d’une porte d’entrée colossale du Parc de La Navale, parc public de la Seyne-sur-Mer de 5 hectares composé de jardins thématiques et pinèdes.

Le Pont des Chantiers

Etape 4 : Châteauvallon, Scène Nationale

Niché au sein d’une forêt de pins de 200 hectares, le site extraordinaire du théâtre Châteauvallon-Liberté est un espace consacré à la diffusion culturelle. Comédies, pièces dramatiques, expositions picturales, sculpturales, spectacles, représentations de danse, le théâtre propose un catalogue extrêmement riche et diversifié pour plaire à tout le monde. Bâti en 1964 autour d’un fortin du XIème siècle, Châteauvallon-Liberté est aujourd’hui labellisé Scène Nationale et continue de proposer de nombreuses représentations. Grande nouveauté du théâtre : la 7ème Scène. Accessible 24h sur 24 virtuellement, il s’agit d’un programme innovant qui donne la parole aux artistes et permet de découvrir les coulisses de la création du spectacle vivant. De nombreuses vidéos, interviews, reportages et autres contenus sont à retrouver dans ce programme.

 

     À faire autour

Profitez de cette étape pour faire un crochet par Ollioules, un charmant petit village du Var réputé pour ses oliviers, son huile et son authenticité. 

Châteauvallon Ollioules

Sur la route…

Vous pouvez prendre le téléphérique du Mont Faron à Toulon, qui vous amène tout droit vers les hauteurs de la montagne. Arrivés en haut, vous pourrez profiter d’une vue à couper le souffle sur toute la rade de Toulon et ses alentours, et vous pourrez emprunter des sentiers de promenades dans un cadre forestier reposant. 

Etape 5 : Monuments aux morts

Au centre de la ville, se dressant face au Palais de Justice, le Monument aux morts de Toulon commémore les soldats tombés lors de la première guerre mondiale. Érigé entre 1924 et 1925 par le sculpteur Honoré Sausse, il est inscrit au titre des monuments historiques depuis 2010. Le monument présente, sur un bloc rectangulaire, un alignement de sept poilus et marins et une femme avec un voile qui les surplombe. Appuyée à un massif rectangulaire, elle étend les bras au-dessus de deux chutes de laurier qui s’écoulent sur les bords du massif. Elle tient, sur le bras gauche, un bouclier, faisant d’elle l’allégorie de la France, affligée devant ses morts. 

 

     À faire autour

Juxtaposé au monument, le Jardin Alexandre 1er a été complètement rénové et agrandi de plus de 5000m². Profitez d’un cadre agréable pour un pique-nique, une séance de sport ou une simple balade reposante. Juste à côté du parc se tient le Musée d’Art de Toulon. Labellisé “Musée de France”, il accueille un fonds d’art aussi riche que diversifié,  regroupant des ensembles représentatifs de différents grands mouvements et une collection impressionnante de photographies. Dans le même quartier, face au cinéma Pathé Gaumont de la place Liberté, vous pouvez visiter l’Hôtel des Arts, ancien siège de la préfecture devenu un haut lieu d’exposition artistique toulonnais. Dans un projet de développement du tourisme culturel et artistique de la ville, le centre d’art accueille des programmes et expositions en tout genre qui peuvent intéresser tout le monde. Si vous souhaitez passer une nuit dans un hôtel luxueux, nous vous recommandons chaudement l’hôtel 4 étoiles Okko Hôtels, récemment ouvert. Aménagé dans l’ancien immeuble de la Caisse d’Epargne, labellisé “Patrimoine du XXème siècle”, cet hôtel parfaitement situé constitue le nouveau lieu de rendez-vous idéal à Toulon, pour passer la nuit, profiter d’un bon repas ou venir travailler.

Monument aux morts de Toulon

Sur la route…

En rejoignant les étapes de la ville d’Hyères, faites escale à la Brasserie Carteron ou à la Bière des Îles d’Or, deux adresses chaleureuses où vous pourrez vous détendre en savourant de délicieuses bières locales aux saveurs méditerranéennes.

Etape 6 : Les édifices emblématiques du XXème siècle de Hyères

Chapelle Notre-Dame de Consolation :

Érigée sur la colline de Costebelle, l’histoire de cette chapelle emblématique de la commune de Hyères remonte à plusieurs siècles. En 1062, une chapelle bâtie en l’honneur de Saint-Michel est mentionnée sur cette colline. En 1395, un écrit du pape Benoît XIII qualifie pour la première fois la Chapelle Notre-Dame de Consolation. Haut lieu de pèlerinage à l’époque, elle est détruite en 1944 lors du débarquement de Provence. Quelques années plus tard, en 1952, sa reconstruction débute sur des plans plus modernes de l’architecte hyérois Raymond Vaillant. On retrouve également sur sa façade des sculptures sobres de l’artiste polonais Jean Lambert Rucki, et en son intérieur une sublime oeuvre en dalles de verre retrançant l’histoire du sanctuaire depuis Saint-Louis, réalisé par le maître verrier Gabriel Loire. Aujourd’hui la chapelle est ouverte au public, les visiteurs pourront découvrir les événements passés qui ont marqué cette chapelle.

Chapelle Notre-Dame de Consolation

La Villa Noailles :

Fleuron du patrimoine architectural moderne, connue au niveau international, la Villa Noailles est née d’une volonté de casser les codes d’un jeune architecte français, Robert-Mallet Stevens. De 1923 à 1925, cet architecte à l’inventivité créatrice débordante imagine, dessine puis construit une villa moderne à Hyères, au style sobre et épuré. En réponse à la demande d’un riche couple de mécènes parisiens aux idées d’avant-garde, le comte Charles et la comtesse Marie-Laure de Noailles, il réalise également un jardin cubique au design unique. En collaboration avec l’architecte Léon David, ils travaillent jusqu’en 1933 sur des extensions et des annexes de la villa. Située au-dessus du centre historique, offrant un point de vue sur la presqu’île de Giens et les îles d’Hyères, il s’agit aujourd’hui d’un centre d’art d’intérêt national et programme des expositions, des festivals et des ateliers toute l’année.

La Villa Noailles

Sur la route…

Dans la continuité de cette route touristique, en direction de Pierrefeu-du-Var, faites une pause au Jardin de la Gravière, autre étape de notre circuit des Jardins remarquables. Véritable bijou de verdure, ce parc regorge d’espèces exotiques et diversifiées sur 13 000m².

Etape 7 : Le Dixmude

Le Dixmude était le nom d’un dirigeable construit par la marine impériale allemande et offert aux alliés à la fin de la première guerre mondiale au titre des dommages de guerre. Lors d’un énième vol en 1923, le dirigeable est frappé par la foudre, entraînant le décès de 50 personnes, équipage et passagers. Pour leur rendre hommage, un comité de la municipalité de Pierrefeu-du-Var lance alors un appel à la subvention pour financer un monument aux morts. D’une hauteur de 14 mètres, il est le résultat des dons de 622 conseils municipaux répartis dans 33 départements et 21 conseils généraux. Ses deux ailes accolées bâties sur la place Jean Jaurès surplombent la plaine environnante du village de Pierrefeu-du-Var.

 

     À faire autour

Quand vous serez à Pierrefeu-du-Var, profitez-en pour visiter les vignobles des Terres de Ravel : les 4 Châteaux, dont le domaine s’étend sur plus de 300 hectares et goûtez au délicieux vin produit sur ces terres ensoleillées de Provence. Pierrefeu possède d’ailleurs sa propre dénomination de terroir sous l’AOC Côtes de Provence.

Le Dixmude

Sur la route…

Pour vous rendre à la prochaine étape, vous allez passer par le charmant village de Bormes-les-Mimosas. Encore authentique et très fleuri, il est la représentation même du petit village du Sud de la France d’il y a quelques années. Il en est de même pour Le Lavandou, ancien petit village de pêcheurs devenu aujourd’hui une station balnéaire renommée pour ses plages et son eau turquoise.  Et si vous êtes un amoureux de la peinture, le Chemin des Peintres vous invite à découvrir aux travers de 16 pupitres des œuvres réalisées au Lavandou.

Etape 8 : Le Patec et l'Escalier Monumental

Sur la commune de Rayol-Canadel-sur-Mer, depuis la pergola ronde du Patec, construction circulaire datant de 1926 inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 1989, vous découvrez un panorama magnifique sur la mer et les îles d’Hyères. Le Patec, du provençal Patus indiquant un ensemble de biens indivisibles, destinés à un usage commun, est également l’un des accès à l’Escalier Monumental, une succession impressionnante de marches faites en pierres micaschistes extraites des carrières de la commune, allant de la mer jusqu’au point culminant Le Drapeau.

 

   À faire autour

De passage dans le village de Rayol-Canadel-sur-Mer, un arrêt au restaurant Maurin des Maures s’impose. Plats gourmands et recherchés, vue panoramique sur la Baie du Rayol, tout est réuni pour que vous passiez un moment agréable et unique !

L'Escalier Monumental de Rayol-Canadel-sur-Mer

Sur la route…

Sur le chemin vers la prochaine étape, vous traverserez la commune de Cavalaire-sur-Mer. Station estivale réputée pour sa plage de 3km, elle offre un merveilleux tableau de verdure et d’eau bleutée. Un grand nombre d’activités nautiques sont réalisables dans cette station balnéaire familiale.

Etape 9 : Village du Merlier

Le Village du Merlier est l’une des réalisations qui a fait la renommée de l’atelier d’architecture de Montrouge, fondé en 1958 par Jean Renaudie, Pierre Riboulet, Gérard Thurnauer et Jean-Louis Véret. Édifié près du cap Camarat, au sud de Saint-Tropez, le Merlier rompt totalement avec l’architecture classique des lotissements que l’on pouvait retrouver à l’époque sur le littoral. Ses formes géométriques simples et marquées, ses couleurs sobres et l’aménagement de ce groupe de 35 maisons représentent parfaitement la patte des artistes, un nouveau type d’habitat alliant modernité et tradition.

 

     À faire autour

De passage à Ramatuelle, dont nous vous recommandons la visite du village, nous vous conseillons de faire un tour par le phare de Cap Camarat, le 2ème phare de France pour sa hauteur, inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

Village du Merlier

Etape 10 : Le Latitude 43

Bâti pendant l’entre-deux guerres en 1932 par l’architecte Georges-Henri Pingusson, l’ancien grand hôtel “Le Latitude 43” est un symbole de modernité et d’avant-gardisme, comme la Villa Noailles. Construit en un temps record, ce gigantesque “paquebot” était, à l’époque, le plus grand bâtiment jamais édifié avec du béton armé. Malheureusement, cette sublime construction connaît une histoire plutôt tragique. Après seulement quatre saisons estivales, l’établissement est signalé en faillite et perd quelque peu de sa superbe. Durant la seconde guerre mondiale, il subit des modifications pour être occupé par les armées italiennes et allemandes, et sert même de quartier général aux américains en 1944. Depuis, cet édifice tropézien est habité par des copropriétaires privés. Néanmoins, il demeure une représentation d’avant-gardisme et de prise de risque, symbole d’un style moderniste aux aspirations nouvelles.

 

     À faire autour

Comme le dit la célèbre chanson “On s’amuse on rit on danse” à Saint-Tropez, mais pas seulement ! Cette splendide ville balnéaire a de quoi plaire à tout le monde. Visitez le Musée de la Gendarmerie et du cinéma et découvrez son histoire originale qui, avant de devenir le lieu emblématique de tournage des films des gendarmes, a accueilli la brigade de Saint-Tropez de 1879 à 2003. Parcourez la Citadelle, aujourd’hui un musée d’histoire maritime qui retrace l’histoire militaire de l’ancien troisième port français de Méditerranée. Autre musée, le musée de l’Annonciade. Ancienne chapelle transformée en lieu d’exposition d’œuvres picturales dont les collections s’échelonnent entre 1890 et 1950, elle est la preuve que Saint-Tropez a été l’un des foyers les plus actifs artistiquement au début du XXème siècle. Enfin, prenez votre temps au Café des Arts, restaurant mythique sur la place des Lices aux prix abordables, aux mets gourmands et au service chaleureux.

Citadelle de Saint-Tropez

Etape 11 : Cité lacustre de Port Grimaud

Comme son nom l’indique, la Cité lacustre de Port Grimaud a été bâtie de toutes pièces sur d’anciens marécages du golfe de Saint-Tropez. Souvent surnommée “la Venise provençale”, cette cité était autrefois uniquement fréquentée pour des activités agricoles ou de chasse. Ce n’est qu’à partir des années 1960 que le port de Grimaud a commencé à développer son fort potentiel touristique. François Spoerry, un architecte visionnaire venu d’Alsace, est à l’origine de la construction de ces lieux, partisan d’une architecture douce aux caractéristiques provençales. Anecdote amusante : chaque résident possède un emplacement de bateau à côté de son habitation. À croire que l’architecte alsacien a tenté de recréer la célèbre ville italienne !

 

     À faire autour

De passage dans le charmant village de Grimaud, nous vous conseillons une petite escale au restaurant La Table du Mareyeur, dont la cuisine gastronomique maritime est composée de plateaux gourmands de crustacés, fruits de mer et d’assiettes de délicieux poissons. Faites un tour également par le Pâtissier du Château qui propose à la vente des pâtisseries traditionnelles et artisanales pour tous les goûts.

Cité lacustre de Port Grimaud

Etape 12 : Chapelle et domaine de Beauvallon

Le domaine de Beauvallon est l’un des quartiers emblématiques de Grimaud. Construit en 1925, ce lotissement offre une vue imprenable sur le golfe de Saint-Tropez. Elle réunit autour de son golf des constructions modernes d’architectes régionaux réputés et représentants majeurs du mouvement moderne.

 

     À faire autour

Quoi de mieux après une ou deux parties de golf que de prendre une pause méritée autour d’un bon repas et d’une bonne boisson au Club House Golf de Beauvallon ? Vous pouvez par la même occasion profiter d’une nuit de charme dans l’une des chambres d’hôtes de la splendide villa de caractère La Mauresque, située dans un domaine résidentiel à l’abri du bruit. 

Chapelle de Beauvallon

Sur la route…

Sur votre route pour atteindre Roquebrune-sur-Argens, longez le littoral par la plage de Beauvallon qui offre une vue splendide sur Saint-Tropez. Vous allez passer par la commune de Sainte-Maxime, station balnéaire du XIXème siècle. Située dans le golfe de Saint-Tropez, à l’abri des vents par le massif des Maures, elle est une destination idéale pour un séjour au bord de l’eau en toute sérénité. Vous pourrez y visiter la chapelle de la Nartelle, qui se trouve après la plage du Débarquement.

Etape 13 : Ancien dancing de la Batterie

Construit pendant l’entre-deux guerres en 1933, l’ancien dancing de la Batterie était le lieu de prédilection d’une clientèle fortunée et cultivée de la Côte d’Azur, que fréquentait Pierre Barbe, l’architecte à l’origine de ce somptueux édifice. Situé sur la plage du Val d’Esquières, dans le quartier des Issambres à Roquebrune-sur-Argens, la Batterie était autrefois constituée d’un podium pour l’orchestre, d’une piste de danse qui se déployait tout autour et d’un bar. Des années et réaménagements plus tard, la Batterie a accueilli le Centre de voile dans un projet de développement d’activités de sports nautiques. Depuis peu, la commune se préoccupe de donner à l’ancien dancing une vocation patrimoniale et culturelle.

 

     À faire autour

Vous ne pouvez pas vous rendre à Roquebrune-sur-Argens sans passer par Escapa’deuche. Située dans la zone des Issambres, cette société propose à la location la plus célèbre des voitures, la 2 CV., pour des randonnées touristiques et des chasses au trésor sur mesure. Des moments sympathiques de franche rigolade garantis dans un décor verdoyant.

Ancien dancing de la Batterie

Sur la route…

Avant de vous rendre à Fréjus, vous passerez par les étangs de Villepey, un espace naturel protégé de 260 hectares, à l’embouchure de l’Argens. De la verdure à perte de vue, mêlé à de vastes étendues d’eau, un décor sauvage à voir absolument.

Etape 14 : Chapelle Notre-Dame de Jérusalem

La Chapelle Notre-Dame de Jérusalem, également nommée Chapelle Cocteau, du nom de son créateur l’architecte Jean Cocteau, a été bâtie en 1963. Cette chapelle catholique est le fruit de la collaboration de plusieurs artistes tels que l’architecte Jean Triquenot, le peintre niçois Raymond Moretti et le céramiste Roger Pelissier. Malheureusement, Jean Cocteau meurt prématurément en octobre 1963, et c’est son ami intime Édouard Dermit qui finit son ouvrage en se basant sur les croquis laissés par l’architecte. Les fresques et peintures intérieures sont également réalisées en fonction des plans de Jean Cocteau. La Chapelle fait partie de l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 1989.

 

     À faire autour

Une fois à Fréjus, pourquoi ne pas vous laisser tenter par la visite guidée qui vous fera plonger dans 2000 ans d’art et d’histoire. Visitez le musée archéologique de la ville pour faire un autre saut dans le temps, avec des expositions temporaires présentant les résultats de fouilles sur des sites historiques. Si vous avez un petit creux, prenez le temps de vous arrêter à l’Amandier, restaurant situé dans le coeur historique de Fréjus, et passez un séjour tout confort dans l’hôtel Catalogne**.

Chapelle Notre Dame de Jerusalem

Sur la route…

En direction de Trans-en-Provence pour rejoindre la prochaine étape, vous allez traverser le village provençal de Puget-sur-Argens. Niché au cœur d’une nature abondante, il domine la plaine de l’Argens et offre un point de vue sublime. Et pour les amoureux du vin, vous trouverez sur la route de quoi vous satisfaire : entre le château Font du Broc, et le château Sainte-Roseline et sa chapelle, vos papilles vous remercieront de ce détour !

Etape 15 : Le puits aérien de Trans-en-Provence

Unique en Europe, le Puits aérien de Trans en Provence suscite l’intérêt et l’interrogation. Inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques, le Puits aérien a été construit en 1931 par l’ingénieur belge Achille Knapen. De prime abord, le visiteur pourrait croire à une ruche géante, ou un pigeonnier en pierres. Pour autant, l’utilité de ce curieux bâtiment est tout autre : il permettait de conserver l’eau de la rosée récupérée par la condensation de l’humidité de l’air. Malheureusement pour l’ingénieur, son idée n’a pas fonctionné du fait des trop faibles différences de températures entre le jour et la nuit. Ce procédé de récupération d’eau a toutefois été utilisé en Afrique, où son efficacité a pu être démontrée. 

 

     À faire autour

De passage à Trans-en-Provence, vous ne pouvez pas manquer la passerelle himalayenne des Cascades de Trans. Inaugurée en avril 2021, c’est véritablement la nouveauté à voir dans le coin ! Surplombant les gorges de la Nartuby de plus de 30 mètres de haut et mesurant 70 mètres de long, cette passerelle offre un point de vue imprenable ainsi qu’une belle expérience à tous les amoureux de sensations fortes. Profitez-en également pour vous rassasier dans le surprenant restaurant bistronomique La Grotte – Auberge du Vieux Moulin, qui comme son nom l’indique se situe dans une grotte millénaire au bord de la Nartuby.

Puits aérien de Trans-en-Provence

Sur la route…

Alors que vous rejoignez la dernière étape de ce circuit touristique, faites un crochet par Châteaudouble, pour passer un moment à la ferme fromagère La Pastourelle, où chèvres, brebis et vaches paissent paisiblement pour produire pas moins de 19 fromages et autres produits laitiers. Vous allez traverser également le joli village de Comps-sur-Artuby, dominé par sa chapelle, lieu grandement apprécié par les randonneurs et férus de marche. Enfin, nous vous conseillons de faire un détour par Trigance, dont l’hôtel 3 étoiles le Château de Trigance vous invite pour une nuit authentique dans un décor unique.

Etape 16 : Pont de l'Artuby

Le pont de l’Artuby, également pont de Chaulière, est un pont en arc bâti entre 1938 et 1940. Érigé à 138 mètres de hauteur, il surplombe les gorges de la rivière de l’Artuby, qui se jette dans le Verdon. Construit de béton armé, ce solide pont permet la pratique du saut à l’élastique, pour les plus courageux qui tenteront le saut de l’ange dans un cadre exceptionnel.

 

     À faire autour

Pour les plus courageux et amoureux d’adrénaline, le saut à l’élastique depuis le pont vous promet de belles sensations : c’est quand même le plus haut spot d’Europe pour le saut à l’élastique. Et puis, comment venir jusqu’ici et ne pas emprunter la corniche sublime, qui domine les fameuses des gorges du Verdon, le plus grand canyon d’Europe.  

Pont de l'Artuby dans le Verdon

Autour de la route :