Thoronet Abbey

L'Abbaye du Thoronet dans le Var, l'une des trois merveilles cisterciennes de Provence. .

L'Abbaye du Thoronet est une véritable merveille cachée au cœur de la forêt méditerranéenne. Classée « Monument Historique », elle est, avec Silvacane et Sénanque, l'une des trois abbayes cisterciennes de Provence. L’abbaye possède une architecture et une acoustique unique en France.
Abbaye du Thoronet, le cloître

L'histoire de l'Abbaye du Thoronet  .

Bâtie pour l’essentiel entre 1160 et 1190, l’Abbaye du Thoronet dégage une impression d’unité et de grande sérénité. Eglise, bâtiment des moines et cloître sont tous en pierres taillées posées sans mortier, d’après une technique ancestrale et austère, exprimant l’essence même de l’art cistercien : dénuement, pureté et simplicité. Pierre et lumière se combinent à la perfection et l’émotion naît de l’absolu dépouillement de l’architecture de l’Abbaye du Thoronet. Ici, depuis des siècles, les pierres portent les chants des moines grâce à l’acoustique unique de l’Abbaye du Thoronet, et des guides qui aujourd’hui perpétuent la tradition. 

L'Abbaye du Thoronet

L'abbaye du Thoronet, une merveille architecturale  .

L’Abbaye du Thoronet a inspiré de nombreux architectes du XXème siècle. Le Corbusier la visita en 1953. En 1964, Fernand Pouillon écrit un très beau roman « Les pierres sauvages » mettant en scène la construction de l’Abbaye. L’accent est porté dans le roman sur la mise en œuvre des pierres par les moines cisterciens : « … La plupart des pierres seront traitées rudement, grossièrement : nous gagnerons du temps. Le soleil accrochera les facettes, les éclats, et fera précieuse la matière scintillante… »  

Voir la fiche pratique de l’Abbaye du Thoronet 

Rencontres Internationales de Musique Médiévale au Thoronet

L'abbaye du Thoronet et le chant grégorien  .

L’église de l’abbaye du Thoronet est l’un des haut-lieux français du chant grégorien. On dit qu’elle possède avec le Taj-Mahal en Inde, le temps de résonnance le plus long du monde. Cette acoustique quasi « magique » devrait beaucoup aux proportions de l’église, calculées selon le « nombre d’or », cette « Divine proportion », que de nombreux peintres et architectes du XXème siècle (Mondrian, Dali, Le Corbusier) ont par la suite utilisé. 

En savoir + sur les Rencontres Internationales de Musique Médiévale du Thoronet